Climat et-ou-patrimoine.

Posté le 20/09/2019 dans Edito.

En cette fin de semaine de septembre les Français vont avoir le choix.

Soit pour arpenter les rues des villes pancartes en main pour dénoncer les « non-politiques » pour lutter contre le réchauffement climatique, s’associant aux marches prévues internationalement, destinées à rappeler « l’urgence d’agir » aux membres de l’O.N.U, représentant un nombre significatif d’États,  qui seront réunis le 23.09 pour la grand-messe intitulée « Sommet pour le climat ».

Soit les Français feront sagement la queue pour visiter l’un de ces monuments nationaux, prestigieux, qui sont les témoins d’une histoire de France et qui sont maintenant aussi le fonds de commerce d’un tourisme international. Ou, plus prosaïquement découvriront-ils quelques petites merveilles locales, près de chez eux et devant lesquelles ils passaient depuis des années sans les voir !

Et puis chacun rentrera chez soi…

Les premiers continuant à pester contre ces gouvernements qui ne font rien…ils sont jeunes découvrent une réalité qui les angoisse et n’entendent pas en rester là. Décident de changer de comportements de vie, d’alimentation, de façon de voyager, de consommer demandent que l’écologie soit enfin enseignée dans l’enseignement supérieur etc… Veulent être préparés et acteurs de ce monde nouveau en gestation.

Et puis, il y a les autres qui protestent contre l’injustice de la loi carbone, l’aberration de réduire la vitesse sur les routes départementales, continuent de fréquenter les fast-foods en masse, se considèrent « comme consommateurs déconsidérés » donc « méprisés ».

Il y a aussi « les après nous le déluge » les accros de consommation en tous genres : la « malbouffe » parce qu’ils n’ont plus le temps de faire la cuisine : Internet, Smartphones, téléphones portables obligent – L’écologie n’est pas leur souci la pollution non plus, semble t-il. Les moteurs des 4/ 4 ronronnent, à l’arrêt, alors qu’ils discutent avec un copain, les gamins pétaradent et tournent en rond sur leur machine, les canettes de bière et autres jetées dans la nature (la liste est non exhaustive). En fait ils sont partout chez eux, tout seul ! Ils sont consuméristes et entendent le rester.

La radio publique, qui, son nom l’indique s’adresse à tout le monde, l’a bien compris. Elle invite régulièrement scientifiques, experts  en environnement, écologie, biodiversité, climatologie  etc , puis sitôt l ‘émission terminée, l’auditeur entend le crédo publicitaire pour  vanter « La voiture dont vous rêver à 299 euros par mois » Cherchez l’erreur !

Les seconds rentreront chez eux satisfaits d’avoir vu quelques merveilles d’art, de savoir-faire, de préservation, heureux d’avoir entraîné avec eux leur progéniture qui aura suivi, plus ou moins intéressée, la visite. Et puis, ces « passionnés du patrimoine » (comme le déclarent les gazettes) l’oublieront le temps d’une année. Se réveillant peut être de temps en temps devant leur télé pour voir, écouter Stéphane Bern semer la bonne parole. Mais ce sont souvent les mêmes qui applaudiront  la construction d’un lotissement en des lieux paysagers emblématiques, trouveront normal que l’on abatte sans raison quelques arbres vétérans, plusieurs fois centenaires, qui protesteront contre les contraintes d’un P.L.U (-plan local d’urbanisme) obligeant à respecter certaines règles architecturales ou la proximité d’un site classé.

Ce sont aussi quelquefois les mêmes venus s’installer « à la campagne » qui hurleront contre le coq qui chante ; qui passeront leur week-end à faire joujou avec motoculteur, tronçonneuse, roto fil ; qui participeront à l’artificialisation du sol, en goudronnant allées de jardin et autres et là aussi… la liste est loin d’être exhaustive !

Tout cela témoigne d’une schizophrénie ambiante qui explique, peut-être, que ces Français qui vivent dans l’un des plus beaux pays du monde, une sorte de paradis, s’imaginent  vivre en permanence en enfer.

Mais l’enfer, c’est pour demain, si toutefois il n’y a pas rapidement une prise de conscience collective.

Colette Lièvre

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *