Erratum : Cimetière des Oubliés.

Posté le 15/05/2021 dans Histoire.

A la suite de l’article paru dans le n° 143 des Cahiers de   l’Entre-deux-Mers et intitulé “ Cimetière des Oubliés :genèse d’une réhabilitation”, Monsieur  Pascal Corazza a tenu à nous apporter les précisions suivantes, ce dont nous le remercions.CL

-:-:-:-:-

La mémoire est labile. C’est pourquoi il faut parfois prendre du temps pour poser les choses par écrit.

La réhabilitation du Cimetière des fous de Cadillac est une excellente nouvelle, et il faut être reconnaissant à tous ceux qui ont œuvré à ce qu’il ne soit pas enseveli sous le goudron d’un parking : la Région, la DRAC, la municipalité, et l’association du cimetière des oubliés, qui s’est battue dans l’ombre.

Pour ma part, j’ai mis les pieds dans cet endroit plus qu’austère, caillouteux, livré aux vents et aux corneilles, il y a vingt ans. À la place où j’aurais dû retrouver mon grand-père, il y avait un autre nom, enterré là en 1968. Personne ne sut me dire où avaient fini les os de mon aïeul. Voir aujourd’hui son nom gravé dans l’acier, au milieu des autres internés morts de faim entre 1940 et 1944, est très émouvant.

Loin de chercher le chromosome du crime, j’ai tenté de montrer qu’avant d’être un fou, mon grand-père Osvaldo avait été un soldat, envoyé à 17 ans sur le Piave, là où les combats furent les plus féroces contre les Austro-Hongrois et déjà quelques divisions allemandes. Qu’il avait été un paysan, tabassé par les chemises noires, dans cet autre type de guerre, civile. Qu’il avait été migrant, à l’heure où le vignoble bordelais se cherchait des bras, pour combler le vide laissé par la Grande Guerre. Qu’il avait été un mari, père de cinq enfants, et un métayer respecté pour son travail.

Cette histoire est consignée dans deux livres : “L’incidente del carretto” (Manni, 2009) paru en Italie, et “Voyage en Italique” (Transboréal, 2012). En la rendant publique, j’ai effacé le secret qui a duré plus de soixante ans, en mettant des mots sur l’indicible. Fin juin 1940, les Allemands sont revenus sonner à la porte de mon grand-père, en installant la ligne de démarcation juste en face de sa ferme. C’est là qu’il a fondu les plombs, sans jamais se souvenir par la suite de ce qu’il avait fait.

Je tenais enfin à apporter les précisions suivantes :

1- Francesco Zarzana, s’il a écrit un livre sur le cimetière des fous, n’y a jamais eu de parent enterré.

2— La « recherche originale » sur le marché noir organisé à l’hôpital psychiatrique de Cadillac durant la Seconde Guerre n’est pas celle du Pr Bénézech, — à qui il faut rendre hommage pour son travail sur les oubliés, et dont le nom a une bonne place dans le cimetière réhabilité —, ainsi qu’il l’écrit en 2018 dans un article, mais correspond au chapitre 30 de Voyage en italique, paru en 2012.”

Pascal Corazza

Note de la rédaction : pour les lectrices et lecteurs qui souhaiterait en savoir plus sur le parcours de ce grand-père embarqué , à son corps défendant,dans le maelstrom de la Grande histoire qui l’a bien malheureusement conduit jusqu’à Cadillac -sur – Garonne, il leur faut lire l’ouvrage que lui a consacré son petit fils Pascal Corazza.

Voyage en Italique”. Un récit sensible où l’auteur part à la recherche de la vérité pour briser la loi du silence sur un secret familial. Ses recherches le conduiront des bibliothèques et paroisses de la Gironde  jusqu’en Italie, retrouvant les membres de sa famille paternelle en Vénétie , où ses grands parents vivaient jusqu’à l’arrivée de Mussolini. C’est aussi un récit chargé d’émotion, où l’on ressent la sensibilité de l’auteur en quête d’une vérité qu’il a besoin de connaître absolument.

Voyage en Italique de Pascal Corazza – Editions: www.transboreal.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *